Toute la categorie ‘Something Completely Different’

Something Completely Different — 63

Le 26 Fév 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

1999-2007.

libéré

Something Completely Different — 62

Le 05 Fév 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Astronomiques.
Ne rien faire, juste observer
Commander un café
Ne rien penser, juste regarder
Ne pas chercher à reconnaitre
Ne pas chercher à croiser
N’attendre personne, juste observer

Ne rien vouloir, juste observer
Boire un café
Ne pas s’occuper, juste regarder
Ne pas chercher à dévisager
Ne pas chercher à atteindre
Personne à mes cotés, juste observer

Ne pas s’ennuyer, juste observer
Café terminé
Ne pas bouger, juste regarder
Ne pas chercher à savoir
Ne pas chercher à la voir
Personne pour m’écouter, juste observer

Un bus, un mec en V.t.t., une fille en jaune, un sportif égaré, une poussette, une jupe, une vieille chargée, un gros pressé, un petit frigorifié, une lycéenne hilare, une petite beauté, des amoureux, des punks, un chien, une fille au crane rasé, une voiture de policer, un parapluie ouvert sans pluie, un monocycle, ders rollers, un livreur de pizza, un barbu, une fille avec un pantalon rouge, un homme qui mangue un sandwich, une femme qui porte un bébé, un nez percé, une casquette, un faux rasta, un petit à lunettes, deux ados, un grand chauve, un bus double, une brune…

Something Completely Different — 61

Le 29 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Vertueuse.
Elle ne se laisse qu’admirer
Elle ne donne jamais rien de plus
Croit-on qu’on la saisi
Qu’elle s’enfuit en riant
Qu’elle glisse entre les mains
Doucement elle revient
Se rapproche pour mieux distancier
Désarçonne sans objecter
Cacher derrière des paravents
Elle en devient évanescente
Elle n’existe plus qu’en pensée
On ne peut que la rêver

Elle ne se laisse qu’admirer
Sans jamais partir pour Cythére
Trouvant tout beaucoup trop terne
Exigeante dans l’ajournement
Elle ne vante que la patience
Rêvant sans doute que Rāma
L’emporte loin des contingences
Sans le moindre écart d’ici là
Ajustant pourtant ses voiles
Se défendant d’éblouir
Sans aucune tractation silencieuse
On ne peut que la rêver

Something Completely Different — 60

Le 24 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Bed.
J’avais en tête deux posts :
– Un texte basé sur une histoire vraie : comment en voiture, j’ai glissé sur la neige en frôlant la glissière, un post passionnant avec du suspense, de l’action & un happy end, bon celui-ci je ne l’écrirais sans doute pas
– Un texte dont j’ai griffonné une ébauche ce midi en mangeant un steak frites (pas terrible les frites, j’étais très déçu) dans une cafétéria surchauffée et particulièrement bruyante. Mais je ne suis pas vraiment content du résultat final même si j’aime bien mon idée de départ, même si elle est bateau.
Mais ce soir, je n’ai pas envie, je suis fatigué et j’ai froid, j’ai juste envie d’être allongé sous 15 kilos de couvertures, alors, j’éteins l’ordinateur, la télé et je vais me couché.

Something Completely Different — 59

Le 21 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Régionalisme.
Lu dans Libé d’hier :

Il n’y a plus de saison. Sauf pour le mont d’or. Un hiver sans neige, ça existe sur les plateaux du massif jurassien. Mais pas sans mont d’or, également appelé vacherin du haut Doubs. Le fromage sanglé d’une fine lanière d’épicéa dans sa boîte ronde se fabrique entre septembre et mars, à 700 mètres d’altitude, entre la source du Doubs et le saut du Doubs, le long de la frontière franco-suisse. D’habitude, autour de janvier, le mont d’or a rendez-vous avec la neige. Il y a même une forme d’osmose entre ces deux-là. A l’origine, ce fromage se fabriquait quand le froid poussait les bêtes à l’étable et que le lait se faisait trop rare pour élaborer les imposantes meules de comté. Le mont d’or est devenu la star des plateaux de fromage des fêtes de fin d’année et, dans sa version chaude, un concurrent sérieux des raclettes et tartelettes…

La suite

Something Completely Different — 58

Le 11 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

«Même le dimanche».
Je ne sais pas où j’ai entendu ça aujourd’hui mais ces trois mots m’ont accompagné toute la journée. J’ai du me les répéter une bonne centaine de fois et j’ai même réussi l’exploit de les casser deux où trois fois dans mes conversations laborieuses.
Est-ce à la radio ce matin où encore dans un demi-sommeil, Brigitte Jeanperrin (la fan des entreprises et des stratégies), a dit quelque chose comme ‘les entrepreneurs du secteur se battent pour ouvrir leur enseigne même le dimanche » ? (elle est comme ça Brigitte, elle a son monde à elle, ses mots à elle & la plupart du temps je comprends rien à ce qu’elle dit)
Est-ce dans une chanson ? Mais connaissant le gout prononcé des chanteurs de la nouvelle nouvelle scène française pour les rimes facile, je me demande avec quoi ils ont bien pu faire rimer ça ?

Même le dimanche
je tire sur mes manches
je m’accroche aux branches
mes mots en avalanche

Même le dimanche
mes yeux rivés sur tes hanches
sur ta douce peau blanche
ton parfum pervenche

Même le dimanche
mon cœur n’est pas étanche
je souhaite une revanche
ou je me coupe en tranches

Même le dimanche
Je flanche

À moins simplement que je ne me sois fait une réflexion à moi-même que j’ai conclu par un ‘même le dimanche’. Mais à quoi ai-je pensé ? J’ai comme un doute, même si je l’avoue j’ai bien une idée.

Something Completely Different — 57

Le 10 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Réminiscence.

Mais le Corbeau, perché solitairement sur ce buste placide, parla ce seul mot comme si mon âme, en ce seul mot, il la répandait. Je ne proférai donc rien de plus : il n’agita donc pas de plume – jusqu’à ce que je fis à peine davantage que marmotter «D’autres amis déjà ont pris leur vol – demain il me laissera comme mes Espérances déjà ont pris leur vol.» Alors l’oiseau dit : «Jamais plus!»
(…)
«Que ce mot soit le signal de notre séparation, oiseau ou malin esprit», hurlai-je en me dressant. «Recule en la tempête et le rivage plutonien de Nuitn ! Ne laisse pas
une plume noire ici comme un gage du mensonge qu’a proféré ton âme. Laisse inviolé mon abandon! quitte le buste au-dessus de ma porte! ôte ton bec de mon coeur et jette ta forme loin de ma porte!». Le Corbeau dit : «Jamais plus!»
Et le Corbeau, sans voleter, siège encore – siège encore sur le buste pallide de Pallas, juste au-dessus de la porte de ma chambre, et ses yeux ont toute la semblance des yeux d’un démon qui rêve, et la lumière de la lampe ruisselant sur lui,projette son ombre à terre; et mon âme, de cette ombre qui gît flottante à terre,
ne s’élèvera – jamais plus!

LE CORBEAU
par Edgar Allan Poe, traduit par Stéphane Mallarmé

Something Completely Different — 56

Le 06 Jan 2007 — par sy!
dans Something Completely Different

Engagement De Confidentialité.
Le Lecteur s’engage à ne divulguer, communiquer, laisser divulguer ou laisser communiquer, ainsi qu’à ne pas utiliser directement ou indirectement des informations ou renseignements confidentiels de toutes natures, dont il aura eu connaissance en sa qualité de Lecteur du Blog et concernant notamment les autres lecteurs, les opinions ou autres données techniques, opérationnelles, commerciales, financières ou sentimentales, et les affaires de l’Auteur du Blog en général ainsi que de toute entité du groupe auquel appartient l’Auteur du Blog.
Dans l’hypothèse où la révélation d’une quelconque information confidentielle serait requise par la loi, le Lecteur s’engage à notifier, préalablement à toute révélation, l’Auteur du Blog d’une telle demande. Il s’engage dans cette hypothèse à assister l’Auteur du Blog dans toute initiative qu’il pourrait prendre en vue de protéger ses intérêts.
De plus, le Lecteur devra prendre toutes les mesures nécessaires pour s’assurer qu’aucun tiers non- autorisé ne puisse accéder à aucun document ou information comportant des informations confidentielles.
Le présent engagement du Lecteur est valable tant pendant la durée de sa lecture qu’après celle-ci et ce jusqu’à la disparition du caractère confidentiel de l’information concernée.
Le Lecteur s’engage à remettre sans délai à l’Auteur du Blog tous documents ou objet de toute nature en sa possession relatifs à l’activité de ce dernier et ce, lors de la résiliation du présent contrat ou à tout autre moment à la demande de l’Auteur du Blog.

Something Completely Different — 55

Le 30 Déc 2006 — par sy!
dans Something Completely Different

9362-40202-0.

When you were young and on your own
How did it feel to be alone?
I was always thinking of games that I was playing.
Trying to make the best of my time.

But only love can break your heart
Try to be sure right from the start
Yes only love can break your heart
What if your world should fall apart?

I have a friend Ive never seen
He hides his head inside a dream
Someone should call him and see if he can come out.
Try to lose the down that hes found.

But only love can break your heart
Try to be sure right from the start
Yes only love can break your heart
What if your world should fall apart?

I have a friend Ive never seen
He hides his head inside a dream
Yes, only love can break your heart
Yes, only love can break your heart
(Neil Young)

Something Completely Different — 54

Le 27 Déc 2006 — par sy!
dans Something Completely Different

Voyager de nuit.
Courir prendre un train, lever la tête, chercher la bonne ligne, constater le vide, se tromper d’heure pour la première fois, rater un train, baisser la tête, ‘honteux et confus’, tout attendre d’un moustachu qui derrière un guichet qui ne nous regarde pas mais qui sans passion cherche quelques nouvelles heures. Rentrer chez soi à pied légèrement dépiter, s’arrêter en chemin pour manger, acheter des piles pour écouter encore le portrait du jeune homme en artiste(1), retrouver ses murs et le même capharnaüm que l’on venait de quitter, culpabiliser un peu, allumer la télé, régler le réveil, vérifier dix sept fois l’horaire. S’endormir un peu et déjà le réveil sonne, s’assoir dans le lit regarder le monde flou autour, se lever et déjà courir, salle de bain, vêtements, sac, vestes, pas de bus, trop tôt, marcher vite, petite douleur dans le genoux, regarder l’heure, ‘déjà ! non pas deux fois’, marcher plus vite encore, cavaler presque, gare, escaliers, quai, voiture, siège(2), respirer, regarder la ville se réveiller, regarder la ville s’éloigner, s’endormir. Arriver, fumer, changer de gare sans courir, dans un métro étonnement calme le temps passe plus vite, déjeuner adossé à un pilier en regardant les gens passer. Encore un train, lire un peu, écouter un conducteur parler d’une panne de motrice, attendre au Mans, fumer sur le quai, repartir, échanger un inrocks contre un beaux arts, choisir le meilleur Woody Allen avec une jolie inconnue, arriver enfin, se retrouver, s’embrasser, sourire enfin.

_______________________________________
(1) d’ Arnaud Fleurent-Didier Mon disque de l’année, j’y reviendrais, pourtant de 2003, c’est confirmé je ne suis plus de mon temps…

(2)Sur la banquette
Où je me jette,
Je tords, le temps est long,
Mon ticket de carton…