C’est de la colère que je promène

2 commentaires
Le 03 juillet 2010 vers 13:13 dans Mon avis m'intéresse

Le temps passe, Mon amour hélas, le temps passe et les temps me consternent. Qu’il faille vieillir ça je le sais, je fais avec, et de toutes façons je n’ai pas vraiment le choix, ce n’est pas vraiment d’ailleurs le fond du problème, au contraire c’est assez agréable de n’être plus un petit con, ou un ‘con de jeune’, et je ne suis pas assez vieux pour être un vieux con, quoique je ne fais pas mon âge parait-il mais je ne sais pas dans quel sens.

Non si ces temps me consternent c’est que je ne suis plus que contre, comme en constante lutte, je ne me réjouis de rien, je n’ai plus de ‘nouvel espoir’ (aka épisode IV) je passe mon temps à être en colère et contre les médias qui réduisent nos visions et nous imposent une information partisane, un système de pensée et des valeurs nauséabondes, en focalisant leur attention sur des riens, des buzz. Je suis en colère et contre un gouvernement à la politique asociale inhumaine tentant par tous les moyens de valider l’adage « The rich get richer and the poor get poorer », ayant abandonné il y a longtemps tout sens moral. Je suis en colère et contre cet individualisme et goût pour la propriété se répandant dans la next ge-ge-ge-generation, je rajoute à ça l’argent roi, les notoriétés factices, et leurs recherches par tout les moyens, le capitalisme en général et les sociétés préférant les actionnaires à leurs salariés, la propreté des rues de Paris, Christophe Maé, Philipe Val, le bouclier fiscal, les charters de la honte, Jay-Z, Yves Calvi, la faim dans le monde et évidemment le racisme, la guerre & Stromae…

Mais voilà au lieu de passer ma vie le point levé en hurlant ‘assez !’, je préfère rester à la maison comme replié sur moi-même, je n’ai plus la télé, j’écoute de moins en moins les infos, lis de moins en moins la presse, j’ai construit un mur, j’ai rendu les armes… Et à ce moment précis je comprends enfin ce que voulait dire Miossec dans sa chanson On était tellement de gauche :

On se dit que de toute façon l’histoire est moche
Ce qui n’était pas gagné d’avance est désormais perdu
Alors on laisse les mains dans nos poches
Même plus envie d’avoir le poing tendu
(…)
Mais c’est trop tard pour que l’on rechausse
Les vieilles idées que l’on croyait perdues
C’est désormais bon pour les gosses
Allez les enfants, foutez le raffut

Et je rajouterais en plus que je ne suis plus vraiment l’actualité musicale, les nouveautés musicales m’ennuient, je préfére réécouter des vieux truc, j’ai l’impression que tout n’est que redite, en moins bien…

Bon d’accord, je suis un vieux con.

Source de l’image : Richard Shed


2 pensées

  1. Je crois qu’un certain nombre de personnes ressente ce que tu affirmes…ton analyse reflète parfaitement un constat qui devient évident ,le temps qui file ,l’évolution d’un monde qui finit par nous dépasser ,la perte d’espoir ,le dégout et le repli sur soi qui devient necessaire pour continuer à vivre dans une société qui devient apocalyptique et chaotique….notre pensée se retrouve prisonnière dans une espèce de routine collective et nous finissons par devenir des non-vivants dans la masse grouillante d’une vie qui ne nous appartient déjà plus…

  2. C’est exactement ça… nous finissons par être de simple zombie…



A quoi pensez vous ?