Something Completely Different — 98

Pas de commentaire
Le 06 janvier 2008 vers 1:01 dans Something Completely Different

Wrong number.
J’avais du temps. Je ne savais pas vraiment à qui parler et ton nom est apparu comme une évidence, le point de convergence de toutes mes pensées, comme la seule oreille, l’épaule sur qui m’épandre, le prénom à répéter. D’avance pardonne moi, enfin je veux dire que je te prie de m’excuser, je sais déjà que ce que tu va entendre ne sera pas plein de joie et de gaité, mais vois tu ici ce n’est pas la superbe ambiance, pour tout dit dire c’est un peu plombé, et la vérité c’est que je crois que l’alcool m’a abusée, oui je sais mon discourt n’est pas très préparé, tout ça est assez improvisé, je n’avais pas vraiment prévu d’en arriver à de telles extrémités. À ta place ce ne sont pas des choses que j’aimerais entendre et que j’aimerais déjà avoir raccroché, que cette parenthèse soit achevée, que tout recommence comme si rien ne s’était passé, mais je dois pourtant te parler… Voilà … Et si pour une fois je me lançais… Alors je l’avoue, oui, j’ai un peu pensé à toi en fait un peu plus qu’un peu. Un peu moins que tout le temps mais un peu plus que souvent. Si je cumulais tout ces moments, je pense que cela finirait par faire beaucoup, c’est évidemment plus que parfois, largement plus en fait… Je sais que cela parait embrouillé mais j’aimerais tant ne pas avoir à m’expliquer, que tout soit déjà comme intercepté, des non-dits que les paroles ne peuvent rendre, de simples sourires en coin, des sous entendus des ‘tu vois ce que je veux dire’…
J’ai bien conscience que je parle à mur, ton silence n’a jamais été aussi éloquent, tes questions apportées autant de réponses, si seulement je pouvais gommer ce moment, je ne sais pas pour qui il est plus gênant, je compte jusqu’à trois et j’ai oublié, je compte jusqu’à trois et je suis effacé…


A quoi pensez vous ?